Fais moi mal !

Je reprends. Dimanche dernier, j’ai parcouru la forêt pendant plus de 5 heures dans un état plus ou moins lucide selon les moments, en ayant plus ou moins mal, en souhaitant simultanément arriver et abandonner.

 » […]et une fois le pied posé sur la plaque, une fois le bip d’enregistrement entendu, tout s’efface. Toute la douleur s’efface, ce qui va donner lieu à un grand débat dans ma tête. Qui donnera lieu à un autre article[…] »

On ne va pas se mentir, en règle générale, quand je participe à une course, j’y souffre. Soit parce que je ne suis pas préparée (semi de Paris, 10k de Malakoff, Trail des Lavoirs), soit parce qu’au contraire, j’estime être prête et j’y vais tête baissée (semi de Forges les Eaux, 10km l’Equipe, 20 km de Paris). Quoiqu’il en soit, il y a toujours un moment, dans la course, ou même pendant les entrainements, où je me dis (où l’on se dit ?) plus jamais. J’ai eu beaucoup de temps pour y songer dimanche dernier, car c’est à ce jour la course qui m’a prit le plus de temps.

Sur le coup j’y crois dur comme fer. Les raisons de ma présence m’échappent complètement. Ca me semble absurde de sacrifier une grasse mat’ pour aller écumer la forêt ou le bitume pendant une voir plusieurs heures. De dépenser du temps, de l’énergie, de l’argent, à faire quelque chose qui me fait souffrir, qui me fait pleurer, au lieu d’être chez moi à faire des activités confortables et joyeuses. Pourquoi je fais ça ? Pourquoi on fait ça ?!

Jusqu’à présent, ce trail à été la plus éprouvant des courses auxquelles j’ai participé. Toutes les conditions étaient réunies pour en faire un long moment d’agonie. Manque d’entrainement, terrain inconnu, difficulté reconnue du spot où nous étions, distance éprouvante, et seule plusieurs heures. Tout était en place pour que cette course soit un enfer, et c’est ce que j’ai pensé jusqu’à l’arrivée.

Aujourd’hui pourtant, 6 jours plus tard, j’ai très hâte de recommencer. Comment expliquer ? Ca me perturbe vraiment d’avoir cet état d’esprit là et j’aimerai comprendre le schéma.

Mon compte rendu est noir, mais je continu de penser que cette course était magnifique.
Est ce que tout se résume au fait que j’aime bien me faire mal ?
Je ne pense pas, car j’ai tendance à fuir les entrainement difficiles !
Est ce que je suis fière de faire des choses « dures » ?
Je ne pense pas non plus car je me sens plutôt bête de me lancer dans ces trucs sans être vraiment prête.

Je sais…
Je dois avoir la mémoire courte.

Qu’en est il chez vous ?

14 réflexions sur “Fais moi mal !

  1. Tu n’aime pas la douleur, qui aime la douleur de nos jours? Je pense que tu es comme moi accro au dépassement de soi. Tu t’es dépassé et tu t’es prouvé que tu pouvais le faire. Tu as ressentie cette joie d’en être arrive au bout malgré la difficulté. Partir a l’aventure sans même savoir si tu te sens capable et prendre énormément de plaisir dans la souffrance qui te pousse au bout. Maintenant il te faudra repousser sans cesse les limites.

  2. Yes, je rejoins AGRunning ! C’est pas la douleur qu’on aime, sinon on ne penserait jamais « mais qu’est-ce que je fous ici » sur une course. Non, c’est le fait d’avoir su la dépasser et de finir malgré tout. En tout cas, bravo pour ta course et ton CR, tu t’es bien battue !

  3. eh oui on est tous comme ça La douleur on l’oublie et on garde en mémoire ce moment magique où l’on se sent vivant à 200%. Une grasse matinée c’est bon mais ensuite il n’en reste rien …aprës une course de 5 heures c’est dur pendant mais ensuite on a des images pleins la tête 🙂

  4. Ah ba je suis souvent dans le même temps, à chaque fois que j’ai couru un marathon ou même une compet plus courte ou je me donne à fond, y’a un moment ou je me dis « qu’est ce que je fous là à courir pour… pour je sais pas quoi d’ailleurs au lieu de matter une série en faisant la larve sur le canapé ».
    Et au final à l’arrivée je me dit vivement la prochaine. Parce qu’à chaque fois je me prouve que je suis capable et que quand on veut on peut… Et puis les souvenirs, les sensations ou le regard admiratif parfois des gens ben je me dis que je me réinscrirais sûrement!!!!

  5. AGRunning17 a tout dit. Ne crois pas que tu es bizarre parce que tu as finalement aimé cette course qui t’as pourtant fait souffrir…
    C’est pour ça que tout est oublié une fois la ligne passée et qu’on a vite envie de recommencer; en passants la ligne on se rend compte qu’on vient de surmonter toutes les douleurs et les souffrances des dernières heures. Et c’est quand même une grande fierté (certes qui ne fait de nous des héros mais qui fait quand même plaisir 🙂 )
    Alors c’est quand le prochain trail?

    • Pour etre honete et aussi fou que ca puisse paraitre, le prochain qui m’attend et pour lequel je possede deja le dossard, ce sera la saintexpress en decembre prochain. Un enorme morceau donc, maisil y en aura d’autre entre temps, des plus courts pour n’en retirer que du plaisir, parce que malgre la douleur, qu’est ce que c’etait bien et beau!!!!

  6. Ouais, en effet, on aime souffrir et surtout avoir la satisfaction de surmonter les difficultés. Et on en redemande. Dimanche dernier au KM30 d’un marathon, j’ai vociféré et juré que j’arrêtais la course à pied. 30mn après l’arrivée, je parlais des prochaines échéances avec les copains, 2h plus tard je réservais les billets d’avion pour une prochaine grosse épreuve. On est maso !

    • Ahah à chacun de mes marathons vers le km30 je me dis toujours « pourquoi je cours ça sert a rien je paye pour souffrir se soir je jette mes baskets et je trouve un autre sport »!!!! Et puis finalement le lendemain du marathon de Paris je m’inscrivait à une nouvelle course!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :