Récit de course – semi marathon de Forges-les-eaux: la course sans la montre !

En mars 2013 je me suis élancée sur mon premier semi marathon, celui de Paris, avec une préparation médiocre, pour ne pas dire inexistante, dans les jambes. 3 mois plus tard, malgré les 2h22 de souffrance endurée, j’ai remis le couvert, cette fois ci a Forges-les-eaux, réputé pour sa difficulté due aux cotes et nombreux faux plats. Mais j’ai été plus maligne que pour Paris, et ai gagné 19 minutes sur mon RP.
Cette année, Forges-les-eaux était de nouveau au programme, mais comme je suis une grosse feignante depuis plusieurs mois maintenant, j’y suis allée les mains dans les poches avec une excuse toute prête: je vais courir avec ma mère.

Dimanche dernier, c’est donc sans stress que je me lève, avec pour seule intention de faire un parcours de santé d’une vingtaine de bornes, sans réfléchir, sans souffrir, et surtout, sans regarder l’heure. C’est la première fois que je me présente à une compétition sans mon chrono! Mais j’avais testé l’idée sur quelques sorties, et la satisfaction avec laquelle j’en étais revenue valait le coup de partir à l’aveuglette.
Je pars donc à un rythme très tranquille, sous un ciel gris et humide, entourée de forêts et de champs. Tout me semble parfait, l’air sent bon, le vert des arbres est sublime avec la lumière sombre, je me sens affreusement bien. Un concurrent me rattrape et me suis. J’ai la satisfaction de voir qu’il halète alors que je me contente de respirer par le nez depuis le départ. Nous partagerons 15 km et plusieurs discussions ensemble, jusqu’à ce qu’il prenne une autre route, car lui se lançait sur le marathon. 

C’est alors que je fais demi tour. Voilà, je suis a 6 km de l’arrivée, je suis super bien, et je repars en sens inverse pour retrouver ma mère qui n’en menait pas vraiment large. Une dizaine de minutes plus tard je la vois, et je resterai avec elle presque jusqu’au bout. La pluie glacée aura eu raison de moi, et j’ai accéléré sur la fin pour vite aller chercher ma médaille…avant de repartir a nouveau chercher ma mère et la soutenir jusqu’au bout. 

La conclusion, c’est que c’était un semi de plus de 21 km, que d’après les résultats officiels, j’ai passé la ligne en 2h30, qu’hormis mon non entrainement, je n’ai eu que quelques courbatures minimes, et la joie d’avoir fait une course juste pour le plaisir et l’envie de courir dans un cadre topissime, avec pour seul objectif s’amuser et se soutenir.

Ces derniers mois je me focalise sur ma lenteur, ça me déprime et chaque fois je traine un peu plus les pieds pour y aller. C’est trop bête parce que j’adore courir. C’est trop bête aussi parce que je crois vraiment qu’avec un peu plus de hargne à l’entrainement, je pourrais avoir de bons résultats. Je le réalise quand je constate que 2h30 de course n’étaient pas difficiles, alors que je n’avais pas couru depuis des jours, voir semaines.

Cette course était super, une de mes plus agréables, pas de chrono, pas de bobos, que des sourires et un sentiment de profonde satisfaction personnelle. Run free !

3 réflexions sur “Récit de course – semi marathon de Forges-les-eaux: la course sans la montre !

  1. à la lecture de ta dernière phrase tu es 1ère au scratch de cette course!!! le plaisir de courir et la le sentiment de liberté qui en découle sont primordiaux à mon avis, alors bravo pour cette course sans montre ;o))

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :